Sélectionner une page

Recherches

Actualité

Recherches / Projets en cours

Tous les chemins mènent à Varsovie – Palintrope (2019)

« La vraie nostalgie ne désire pas un lieu, mais le récit de cette nostalgie. La vraie nostalgie n’a pas de point d’origine ; elle se disperse dans la circulation palintropique entre plusieurs points. »

André Aciman in Faux papiers (traduction Laurent Bury)

« Dans cette vie riche en motifs (unique en son genre, car elle sera représentée autrement dans un nouveau théâtre, avec d’autres acteurs), j’aurais considéré comme le plus grand bonheur la possibilité de plier son tapis magique pour que le motif du présent coïncide avec le passé, avec le motif d’autrefois ; pour me trouver de nouveau, ô, non pas dans un endroit commun de ces vouloirs, non pas sur la carte de la Russie, non pas au giron de confusions nostalgiques, mais, trouvant une correspondance avec le lointain, me retrouver au début du chemin, pour ramasser, venu de mon enfance, le bout perdu d’un fil ancien. »

Vladimir Nabokov, Poème de Paris, 1943

Dans la suite du projet sur les deux cerveaux, dans lequel j’avais utilisé les champs sémantiques de métaphores, j’explore tous les chemins mis bouts à bouts qu’aurait arpenté un exilé de Varsovie, toutes les « rue Varsovie » répertoriées en France et par le monde, et j’établis une correspondance avec la Varsovie d’aujourd’hui.

Périmètre de la ville actuelle de Varsovie

Périmètre de la ville actuelle de Varsovie

Expositions

Atelier BÔ

4bis rue Veillon, 06000 Nice

8 au 17 juin 2019

13h – 18h / dimanche 10h – 12h

Sandra Najem expose

Cette exposition inaugure un sujet très ouvert, celui de la relation entre le cerveau et les intestins, ce « deuxième cerveau », et plus largement, entre la pensée et le sensible, l’intérieur et l’extérieur, en convoquant la topologie.

Ça prend aux tripes et donne du vague à l’âme !

Festival International de Mandoline de Castellar

  • 26 au 29 juillet 2017
  • Lien

Dans le cadre du spectacle [Charlotte], Sandra Najem présente une installation dans la salle du Palais Lascaris intitulée Passages et Plis.

Elle vous invite à découvrir sa façon d’interroger son identité féminine, soucieuse du temps qui passe et des transformations qu’il induit.

Elle utilise son expérience comme matériau. Ce travail fait écho à Leben ? oder Theater ?, le recueil posthume de Charlotte Salomon, qui a trouvé dans l’art sa liberté de femme.